Une journée dans la peau d’un Haut Potentiel Intellectuel

par | Neuroatypie | 0 commentaires

À quoi ressemble le quotidien d’un haut potentiel ? Qu’il soit haut potentiel intellectuel ou émotionnel, il voit et vit le monde différemment des autres. 

Je suis HPI en plus d’être hypersensible et dyscalculique, des traits supplémentaires que l’on retrouve chez de nombreux autres hauts potentiels. Aujourd’hui je vous fais découvrir le véritable quotidien des hauts potentiels. Tel qu’on le vit réellement. 

Notez que j’ai rédigé cet article à partir de mon expérience personnelle. Les profils de personne HPI sont très variés et ce que je décris dans cet article n’est pas exhaustif. Je parle de vécu mais ce n’est pas une généralité.

En effet, il existe deux types d’HPI :

HPI Laminaire qui a une grande confiance en soi et conteste rarement l’autorité si elle est légitime. Leurs angoisses se gèrent par une bonne organisation. Ils sont en revanche plus facilement frustrés s’ils ont l’impression de ne pas assez réussir ni d’être le meilleur.

Et le HPI Complexe, aux comportements parfois jugés excessifs, extravagants, ayant peu confiance en lui et supporte très mal l’autorité. Ils sont très sensibles et intuitifs, avec un flux de pensée par association d’idées.

Étant moi-même un profil HPI Complexe, c’est donc de ce point de vue que vous allez découvrir notre quotidien.

Le quotidien et la scolarité des enfants et adolescents HPI

À commencer par l’enfance et l’adolescence, qui sont souvent des périodes difficiles parce que nous sommes différents. Nous en avons déjà conscience et souvent nous sommes rejetés, voir discriminé par les enfants neurotypiques. Parce qu’en tant qu’enfant puis ado atypique nous avons par habitude de ne pas faire comme tout le monde. Il nous est impossible de rentrer dans une case, donc on crée nous-même cette case et ça donne lieu à une incompréhension de la part des autres. 

L’on va alors se sentir rapidement en décalage avec les autres, avec un style de pensée plus créatif. Il n’est donc pas rare d’entendre de la part des autres enfants :

 » T’es bizarre toi »

 » T’es trop nul » (par rapport aux notes à l’école notamment pour les élèves ayants des difficultés liées à leur douance)

Et cela génère parfois de la souffrance. Ici il faut aussi nuancer avec le fait que certains enfants HPI sont très bien intégrés aux groupes, ils ne rencontrent pas non plus de moqueries et sont très extravertis même si effectivement la majorité des HP sont plutôt introvertis.

La solitude dès l’enfance chez les HPI

Dès la maternelle l’enfant HP aura alors tendance à s’isoler du groupe plusieurs minutes parfois plusieurs heures et à rester seul. C’est un comportement que l’on conserve une fois adulte. Cette solitude nous permet de nous retrouver, de se ressourcer, de réfléchir et d’avoir un moment à soi pour évacuer la surcharge mentale du quotidien. 

Timidité et manque de confiance en soi

Durant toute la scolarité l’enfant et l’adolescent HPI présentent parfois des difficultés à prendre la parole en groupe ou devant un groupe. C’est une caractéristique qui se prolonge même une fois adulte où nous gardons un caractère souvent très réservé, timide avec des difficultés à s’affirmer en groupe et à prendre confiance en soi globalement. Nous souffrons d’ailleurs du syndrome de l’imposteur avec impression de ne pas être légitime pour faire telle ou telle chose. 







Haut Potentiel Intellectuel : un processus d’apprentissage différent

IRM cerveau des enfants HPI processus d'apprentissage et de réflexion.
Images IRM d’enfants HPI Complexes et Laminaires

L’apprentissage peut être difficile pour certains enfants HPI notamment s’il y a en plus un « trouble  » Dys avec une tendance à se refermer sur soi face à la difficulté. Attention tous les Hauts Potentiels ne sont pas Dys ( Dyscalculique, Dyslexique, Dyspraxie).

Généralement ce qui semble acquis sera par la suite rapidement oublié par l’enfant HPI s’il s’agit d’une matière qui ne l’intéresse pas plus que ça. Tout ce qui ne stimule pas notre cerveau et notre créativité est rapidement mis à la trappe. 

Attention, certains HPI ont eu d’excellentes notes toute leur scolarité tandis que d’autres vont rencontrer de grosses difficultés. Là aussi pas profil générique, chacun a ses spécificités.

Quel que soit son profil scolaire l’enfant HPI présente un fort désir de tout comprendre dans les moindres détails pour peu que le sujet l’intéresse beaucoup. Comment le fonctionnement des appareils électroniques, pourquoi telle chose est comme ci, pourquoi tel animal fait ça etc. C’est une succession de questions qui déferle et l’enfant éprouve le besoin d’avoir des réponses concrètes. Il n’existe pas de limite à l’enfant et à l’adulte HPI pour satisfaire sa curiosité et sa soif de connaissance. Ce qui nous pousse à vouloir découvrir et comprendre le monde.

D’ailleurs cela explique que nous sommes incapables d’apprendre par cœur. Le fait qu’on nous dise c’est comme ça et pas autrement, sans une réelle explication ne nous permet pas d’intégrer les notions. 

Le cas HPI + Dyscalculie

Par exemple cette équation mathématique :

2x-4=1+3x

Personne n’a jamais expliqué pourquoi X est égale à 2 (ou n’importe quel chiffre ). D’où ça sort ça qu’une lettre peut être transformée en chiffre ça n’a pas de sens ! Pourquoi on a décidé que X est égal à 3 ou 8 ? Alors personnellement étant en plus dyscalculique diagnostiquée depuis le CP, ce genre de logique ne veut rien dire du tout pour moi.

Donc le quotidien d’une personne comme moi, HPI et Dyscalculique c’est :

  • Ne pas connaître ses tables de multiplications (sauf les plus simples 1. 2, 5, et 10)
  • Ne rien comprendre aux équations
  • Ne pas savoir faire de calcul mental simple du genre : 47+16
  • Devoir compter sur ces doigts parfois même à presque 30 ans
  • Inverser des chiffres, etc.

Ici aussi chaque personne Dyscalculique a une expérience différente en ce qui concerne les chiffres et le temps. PS : je le vis très bien de mon côté.

En revanche nous avons un fonctionnement cognitif très développé ainsi que des aptitudes supérieures à la norme concernant les capacités de logique (pas forcément mathématique comme vous venez de le voir) et de vitesse de traitement d’informations. Surtout au niveau de la compréhension verbale et visuelle.

Ce qui fait que nous sommes également capables de nous adapter et de trouver des stratagèmes pour palier à nos difficultés. La preuve j’avais 4 de moyenne en Math toute ma scolarité, ça ne m’a pas empêchée d’avoir la moyenne au baccalauréat en math, de décrocher mon bac, et de faire de la comptabilité durant mes études supérieures.

À lire aussi
livre sur les Haut Potentiel Intellectuel

Le sentiment de décalage, le retour.

Beaucoup d’HP ont déjà vécu aussi cette phase de leur vie où on a l’impression de ne pas être née sur la bonne planète, de ne pas être à sa place. Et se demander souvent ce qu’on fiche ici. Sans vraiment trouver la réponse.

Puis arrive l’âge adulte qui permet au haut potentiel de prendre conscience de son plein potentiel. Il s’agit du moment où l’on sera amené à prendre notre vie en main, voire à la changer complètement pour être soi-même et épanoui. 

C’est à cet âge que nous comprenons mieux ce que nous sommes et faisons donc le lien avec notre passé. Nous apprenons aussi à accepter ce que nous sommes et à trouver quel est notre but dans la vie. Pour certains, cette démarche peut même arriver à 40 ans. Il n’y a pas d’âge pour se découvrir HPI finalement, ni pour en tirer pleinement partie. 

Le changement de vie chez le HPI

Beaucoup de Hauts Potentiels Intellectuels changent de travail, deviennent freelance, déménagent et choisissent de modifier radicalement leur mode de vie. 

Par conséquent, dans cette même optique, j’ai moi aussi il y a quelques années changé de vie, de compagnon, et de travail. Et même déménagé à la campagne parce qu’en tant qu’HPI et hypersensible je ne supportais plus la vie en ville. Entre mes anciens voisins bruyants et le bruit dehors, la vie en appartement est devenue impossible. Pas moyen de se concentrer, de se sentir chez soi, devoir mettre de la musique toute la journée pour couvrir le bruit,etc. Très peu pour moi. 

Voir les immeubles autours au travers des fenêtres sans jamais voir un bout de verdure me rendait malade. Comme beaucoup de personnes sensibles et intuitives on a ce besoin vital de contact avec la nature pour se ressourcer. 

Une sensibilité accrue

Je fais partie de ceux qui supportent de moins en moins les lieux trop fréquentés, comme les magasins, bar, fêtes, etc. Parce que le bruit, le fait que l’on capte inconsciemment le moindre détail stimule de trop notre cerveau et nous vide de notre énergie. En parlant de bruit, les Hauts Potentiels peuvent donc être sensibles aux bruits mais ce n’est pas systématique.

Comme entendre quelqu’un mâcher, qui fait « tic-tic » avec son stylo, un enfant qui cri, des sons dans certaines musiques, etc. Ce genre de petits bruits dont on a l’impression d’entendre que ça et plus fort que le reste de ce qui nous entoure, qui va finalement nous agacer en deux secondes et nous faire sortir de nos gonds. Ça s’appelle de l’hyperacousie par ailleurs. 

Les personnes HPI et la société actuelle

Et puis il y a aussi le fait qu’en société on a souvent l’impression que les gens ne réfléchissent pas. Alors oui, les personnes à Haut Potentiel souffrent de ce qu’on appelle le syndrome de supériorité. Le fait d’être trop intelligent par rapport au reste de la population et d’avoir constamment l’impression que les autres ne se servent pas de leur cerveau. Qu’ils croient absolument tout sans jamais chercher à comprendre ou à remettre en question les choses. C’est l’effet mouton, parce que les autres le font alors ils le font aussi, ils suivent bêtement le mouvement. 

Vulgairement on a l’impression que la majorité des gens sont cons. Ils sont inconscients, mettent la vie des autres en danger sur la route, ne peuvent pas s’empêcher d’être méchants envers les autres, etc. 

Haut potentiel : un profond sens de la justice

hpi un sens de la justice profond

D’ailleurs on en vient à la question de justice. Savoir qu’un chauffard a fait une face à face avec une mère de famille et que c’est madame qui est décédée et pas le conducteur en faute, c’est profondément énervant. L’injustice nous agace au plus au point, et ça peut nous bouffer toute la journée, ça tourne en boucle dans la tête. Et le pire c’est de savoir qu’on ne peut rien y faire. 

Ainsi on aimerait changer le monde, le rendre meilleur mais bien souvent on est confronté à un manque de ressources, de possibilités, de soutien. Bien sûr on fait ce que l’on peut à notre échelle personnelle. Mais c’est tellement frustrant que de voir que le monde ne tourne pas rond et qu’on ne pourra jamais tout changer. Voilà il y a une réelle quête de sens qui entoure toute notre vie. 

On retrouve ainsi pas mal de HPI qui exercent des professions en lien avec la justice ou qui s’engagent bénévolement pour défendre une cause. Notamment :

  • Force de l’ordre
  • Avocat
  • Juge
  • Médiateur
  • Assisttants sociaux
  • Association en lien avec l’écologie / cause animal / humanitaire / social
  • Etc.

Un cerveau en constante ébullition

Ensuite côté quotidien, la journée du Haut Potentiel Intellectuel elle commence par le réveil et le cerveau qui se met toute de suite en ébullition. Oui ça ne traîne pas, on se réveille avec un tas de nouvelles pensées, des idées, voir des musiques impossibles à chasser de son esprit. Bref c’est déjà le gros bazar dans notre caboche alors que la journée ne fait que commencer.

D’ailleurs c’est comme ça presque toute la journée. Une idée par-ci puis une autre et encore une. Parfois on va même se poser des questions existentielles que personnes d’autres ne se pose dans ces moments-là. Comme : 

Y’avais quoi avant le Big Bang ?  Comment peut-on expliquer métaphysiquement le fameux tunnel de lumière ?  Et si depuis le début on se trompait sur tel sujet ? 

Nous avons aussi ce type de réflexion dans des moments assez inattendus mais où nous sommes dans notre bulle. Comme sous la douche, aux toilettes, dans les transports en commun, les files d’attente, etc. Nos meilleures idées se manifestent dans ces moments où la situation n’a absolument rien a voir avec notre idée.

Alors en plus quand ce genre de réflexion pointe le bout de son nez, il se passe tout un monologue dans notre tête. Personnellement je fais des discours entiers comme ça mentalement. Au bout d’un moment on est même obligé d’écrire toutes ces idées pour les évacuer premièrement et puis aussi pour ne pas les oublier et pouvoir les utiliser par la suite. Je vous laisse imaginer le foutoir que c’est à force dans le téléphone, l’ordinateur et les bouts de papier … y’en a partout. 

D’ailleurs c’est aussi pour ça que nous les HPI on a la réputation d’être dans la lune assez souvent même en plein milieu d’une conservation. 

Les Hauts Potentiels en société et au travail

Conversion qui peuvent nous ennuyer au plus au point avec certains des collègues de travail. Parce que savoir que le chat de votre collège a le coryza ou que sa chaudière a lâché, que la collègue s’est fait faire une nouvelle manucure, c’est franchement chiant comme sujet de conversion pour les HPI.  C’est simple notre cerveau a besoin de sujet qui le stimulent, il n’aime pas la simplicité, il cherche constamment la réflexion. Donc les conventions classiques deviennent ennuyeuses facilement.  

Par contre, quand le sujet nous intéresse, où que l’on requiert notre expertise alors là plus rien ne nous arrête ! On ressent ce besoin de partager systématiquement nos connaissances avec les autres, voire même de les pousser à la réflexion. Si vous avez déjà entendu quelqu’un vous dire même pour rire  » tu ramènes ta science » vous comprenez le truc. 

Réputés tête en en l’air et dans la lune les HPI ?

Parfois on va écouter qu’à moitié ce qu’on nous dit et pendant ce temps c’est le défilé dans nos pensées. Et le pire c’est que cela se voit et qu’on ne peut rien y faire. Les autres voient très clairement qu’on plane à moitié, mais c’est comme ça.  

homme face à un choix pensée en arborescence

On en oublie même des choses d’où le fait qu’on est aussi la réputation d’être tête en l’air. Par exemple, quand je vais chercher du ketchup dans la cuisine, je fais un truc en même temps et je reviens sans le ketchup forcément !  

Quand quelqu’un nous demande  » t’as fait ce que je t’avais demandé au fait ?  » Bé non, on a oublié entre-temps si on ne le fait pas de suite où si on ne se fait pas un petit mémo. Encore une fois ce n’est pas notre faute, c’est notre cerveau qui zappe l’information parce qu’il n’y a pas assez de place pour tout au vu de la quantité faramineuse d’informations qui sont traitées. Soit deux à trois fois plus qu’un neurotypique. 

La vie en société pour un HPI ça peut devenir parfois compliqué avec tout ça. 

La zone de confort et espace personnel

Sans compter le sentiment d’incompréhension. Mais aussi le fait que certains d’entre nous ne supportent pas un certain type de contact. Une petite tape amicale ou un contact non désiré ça prendre des proportions incroyables. Au point de nous mettre parfois en colère.

Et ce que les autres ne comprennent pas, c’est que nous, on vit ça comme une intrusion, une violation de notre espace personnel. Dans la mesure où nous sommes souvent dans notre bulle, c’est un geste auquel on ne s’attend pas, qui va nous surprendre et parce que nous avons tendance à vouloir contrôler l’intégralité de notre environnement ce type de gestes provoque des réactions émotionnelles chez nous. Réaction souvent jugée excessive par l’entourage.  

Un véritable détecteur de mensonges.

HPI détection des mensonges

En tant que personne surdoué nous avons également une intuition très développée. Elle nous permet en société notamment de détecter le moindre mensonge. Notre capacité d’analyses des émotions d’autrui nous permet ainsi de savoir lorsqu’une personne cache ces véritables intentions, si elle ment pour éviter d’attirer l’attention sur elle, pour cacher son véritable état émotionnel etc.

De façon presque automatique nous pouvons analyser l’intonation de voix, le verbal, le langage corporel et les mimiques des personnes qui s’expriment. Le moindre détail est passé au crible et nous permet de savoir intuitivement si une personne est sincère ou non.

Haut potentiel et hiérarchie

Si autant de HPI finissent par être freelance et entrepreneurs indépendants c’est bien parce qu’on ne supporte pas bien la hiérarchie. D’ailleurs dès l’adolescence on adopte ce comportement un peu rebelle, à défier l’autorité assez souvent et surtout à avoir du répondant. Si l’on vous a souvent répété dans votre jeunesse  » arrête de répondre !  » ne cherchez plus. 

Nous ne sommes d’ailleurs pas des personnes que l’on peut soumettre ou contrôlé. En réalité, nous sommes très indépendants et nous avons besoin de cette indépendance. Et comme nous réfléchissons constamment, il est difficile de nous imposer quoi que ce soit contre notre volonté. 

C’est pourquoi suivre les ordres du patron au travail c’est difficile. Nous ne sommes pas vraiment faits pour suivre et appliquer bêtement les ordres.  

Par conséquent nous sommes parfois plus lents à effectuer certaines tâches simples qui ne nécessitent pas de réfléchir. Pourquoi ? Parce que notre cerveau ne peut pas s’empêcher de vouloir réfléchir et vouloir tout comprendre. Comment ça fonctionne ? Si on fait comme cela ? Comment procéder ? Etc. 

Bref ça peut poser problème quand on est salarié et même dans la vie de touts les jours. 

En fait, plus quelque chose est relativement simple plus c’est difficile à comprendre pour les personnes à Haut Potentiel. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Plus c’est complexe, plus c’est facile pour nous. Quand c’est trop facile notre cerveau bug parce qu’il n’y a rien a analysé, ou à triturer dans tous les sens. Bref rien ne le stimule et donc il ne se passe rien. Plus c’est compliqué, mieux c’est et plus on excelle en la matière. 

Les personnes Haut Potentiel sont prêtes à prendre des risques

aventurier

Ensuite dans la vie de tous les jours on rencontre parfois des situations qui ne nous conviennent pas. Et en tant HPI on va tout faire pour quitter au plus vite cette situation. Parfois même sur un coup de tête, sans réfléchir. 

Exemple concret, quand j’étais étudiante en BTS un jour je me suis pris la tête avec ma tutrice de stage. Elle m’avait poussé à bout et je n’aimais tellement pas ce que je faisais que du jour au lendemain j’ai tout laissé tomber. J’ai dit stop j’arrête, je suis partie, j’ai démissionné dans la foulée de ma formation et je suis rentrée chez moi.  

Et c’est après qu’on se dit   » et maintenant qu’est-ce je vais faire ? » 

Autre exemple en 2018 arrive la fin de mon CDD et finalement je décide de ne pas rechercher de nouvel emploi et de créer ma propre entreprise en tant que consultante en communication. Le tout sans avoir de droit au chômage, ni autres aides ou revenus derrière. Oui c’était risqué, parce que seul Monsieur était en CDI et je n’avais aucunes garanties.

Il fallait partir de zéro et tout était à faire. Mais je l’ai fait parce qu’il faillait que je le fasse et aujourd’hui je ne le regrette absolument pas car je suis toujours freelance. Nous avons le goût du risque en nous surtout lorsque notre instinct nous dit de le faire. Évidemment on trouve toujours une solution puisqu’on a en nous cette force de savoir s’adapter. Mais ne soyez pas étonné si vous constatez que nous prenons des décisions irréfléchies, c’est le goût du risque. 

Les supers pouvoirs des HPI

Supers pouvoirs entre guillemets bien-sûr car nos capacités parfois innées, ne font pas de nous des super-héros ni des personnes supérieures aux autres. Si certains Hauts Potentiels ont beaucoup de fierté nous sommes aussi humbles et savons faire preuve de beaucoup d’empathie.

Le pouvoir de rendre visible l’invisible

Nous voyons ce que les autres ne voient pas. Le moindre détail ne nous échappe pas. Ça c’est un processus automatique, c’est-à-dire qu’on ne s’en rend même plus compte. On va ainsi percevoir des choses auxquelles les autres ne prêtent pas attention. C’est pratique pour trouver des solutions, aborder un problème sous un autre angle, décrypter le comportement de quelqu’un etc. 

HPi voir ce que les autres ne voient pas

Les neurosciences ont établi que :

  • La vitesse de conduction nerveuse du cerveau des HPI fonctionne rapidement
  • Le cortex cérébral des HPI est particulièrement épais
  • Ainsi qu’une une meilleure connectivité du réseau fronto-pariétal.

Ce qui explique les caractéristiques dont je viens de parler.

Par exemple mon conjoint a constaté que quand je discute avec une personne je suis capable d’écouter, de parler, réfléchir et analyser de façon extrêmement rapide. C’est inné, un automatisme que je ne contrôle pas vraiment. De même je ne peux pas l’expliquer, franchement je ne serais pas fichue de vous dire comment je fais.  

Là aussi c’est quelque chose qui arrive souvent cette capacité à trouver une solution, à faire quelque chose que les autres ne savent pas faire, sans être capable d’expliquer comment on y est arrivé. Résultats on répond parfois très vaguement  » bah je sais pas, ça est venu comme ça ».  

Super créatif

L’hyper activité de l’hémisphère droit des personnes à Haut Potentiel Intellectuel est la raison pour laquelle nous sommes aussi créatifs. Exprimer notre créativité est un besoin vital chez nous sous peine de nous voir déprimer, nous ennuyer et mal le vivre.

Et quand je vous dis qu’on peut mal le vivre c’est véridique. Par exemple quand j’étais étudiante je voulais absolument intégrer une formation en communication visuelle. Je réalise des créations graphiques depuis l’âge de 15 ans, j’avais des connaissances, des compétences et une créativité qui déborde.

Mais la magie du système de PostBac en France c’est qu’il est basé sur les notes et le nombre de candidats. L’on avait jugé que mes notes de math, français et autres matières qui n’ont rien à voir avec les compétences créatives n’étaient pas suffisantes pour intégrer la formation. Et ce malgré un book rempli de belles créations qui à mes yeux prouvaient bien plus mes capacités que de simples notes (ps: avec 17 de moyenne en art plastique dès le collège, je pense que vous voyez le tableau).

Cela me rendait malade de savoir que d’autres avaient pu intégrer la formation alors qu’ils n’avaient aucun talent contrairement à moi. Chaque année je tentais ma chance en vain et mes diplômes je les ai eus un peu par défaut de ne pas pouvoir faire ce dont je rêvais. Et si vous voulez un conseil n’abandonnez jamais vos rêves et vos passions. Si comme moi, vous avez un jour l’opportunité d’en faire votre métier, sautez sur l’occasion !







Parce cette expression créative fait de nous des personnes douées dans les domaines touchant la création. On retrouve alors beaucoup d’HPI exerçant des métiers ou ayant des loisirs en lien avec

  • La littérature,
  • L’art,
  • Spectacle
  • Architecture
  • La musique / le chant
  • Activité manuelle et créative
  • Création de nouvelles technologies
  • Création graphique
  • Cuisine
  • Mode, etc.

Perfectionniste

Les adultes HPI sont des perfectionnistes, ce n’est pas un mythe. Pas dans tous les domaines mais généralement dans ceux ou l’on est doué. Nous sommes rarement satisfaits du résultat, l’on trouve souvent à redire jusqu’à ce que soit vraiment parfait à nos yeux.  

Certains aiment que tout soit bien rangé et bien organisé, etc. Un tableau de travers, les couverts mal mis et vous voilà en train de remettre les choses correctement.

Insomniaque à répétition

Bon certes, ce n’est pas un super pouvoir mais plutôt une sorte de malédiction, ceci étant on fait avec.

Les insomnies sont aussi des évènements qui accompagnent régulièrement les personnes HPI. Avec souvent des difficultés à trouver le sommeil. On peut ainsi se retourner dans son lit durant 30 min voire 2 heures avant de réussir à s’endormir. Durant les crises d’insomnie le phénomène se prolonge jusqu’à 3 ou 4 heures d’affilée. 

Alors qu’est-ce qu’il se passe dans notre tête pendant ce temps-là ?

Oui c’est à peu près ça…

C’est simple, un flux constant de pensées diverses et variées qu’il nous est impossible d’arrêter. On ressasse notre journée, le dernier film vu, la musique qui tourne en boucle dans la tête. Des idées qui semblent sortir de nulle part même à 3 heures du matin. Notre cerveau continu inlassablement d’explorer des idées alors qu’on aimerait bien déconnecter et dormir paisiblement.

Mais à chaque tentative notre cerveau va de nouveau revenir à la charge et se poser des questions en tout genre. Ce qui fait qu’au bout d’un moment on s’énerve de ne pas trouver le sommeil, ça peut finir en crise de larme à cause des nerfs et j’en passe. Y’a des jours comme ça où le cerveau est en ébullition et pas moyen de le stopper même si on aimerait trouver le bouton OFF. 

Seule solution qui fonctionne bien pour moi dans ce cas : méditer ou me concentrer sur un son / un bruit environnant. Vous pouvez aussi mettre un peu de musique zen. Vous verrez qu’en calmant soit même son mental, on finit par s’endormir quelques heures et éviter la fameuse nuit blanche.

Une expérience à partager ?

Charlyne
Charlyne

Rédactrice - Fondatrice du blog Métapsychie

Passionnée par la spiritualité, j’ai commencé à m’y intéresser durant une période difficile de ma vie. Comme beaucoup j’ai cherché le mieux-être et de croyance Athé, je me suis sentie plus attirée par la philosophie du Bouddhisme.

Au fils des années, la spiritualité m’a appris énormément, elle m’a permis de découvrir qui je suis ainsi que de mieux comprendre les capacités extrasensorielles que j’ai et qui m’étaient alors inconnues.

C’est pourquoi j’ai décidé de partager mes connaissances et expériences avec des personnes qui partagent cet intérêt, dans l’espoir que vous pourrez vous aussi trouver votre chemin vers la paix intérieure et le bonheur. Une chose est sure, personne ne connait la vérité absolue. Néanmoins, j’espère de tout coeur que mes articles vous amèneront à la réflexion.

0 commentaires
Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous n'êtes pas autorisé à copier des éléments de cette page
metpsychie newsletter

Révélez enfin votre potentiel spirituel

 

Vous souhaitez explorer un peu plus le monde de la spiritualité ou encore atteindre l'Éveil spirituel ? 

Chaque mois découvrez de nouvelles expériences et du contenu exclusif en matière de spiritualité. Pas de spam promis ! 

Merci pour votre soumission ! Vous êtes maintenant inscrit à notre newsletter. ☯️

Pin It on Pinterest